object1692834872

cercle_orange

Exemple de Michel pour un local commercial

Ancien propriétaire d’un restaurant, je payais 3437€ de taxe foncière sur ce local. Après plusieurs années, ne trouvant pas de repreneur et mon local se dégradant, j’ai demandé au centre des impôts fonciers un allègement de ma cotisation (pour état délabré et plus d’activité commerciale) mais la réponse a été sans équivoque « Votre dossier à fait l’objet d’un examen attentif. Toutefois, votre demande a été refusée pour …. ».

Invraisemblable, photos à l’appui, la réponse est toujours la même. Près de 3500€ pour un local vétuste et vacant, j’avais le sentiment d’être victime d’une injustice. Puis un jour, je me fais démarcher par un commercial de mataxefonciere.com qui avait repéré mon annonce sur le site « lebonc…com ». Pas forcément enthousiasmé de me faire démarcher, il m’explique le travail de sa société qui ne pouvait pas mieux tomber. Le principe (exclusivement réservé aux locaux commerciaux) m’a de suite séduit : Ils font une étude gratuite sur mon local et me disent ensuite si oui ou non il est surimposé. Quel soulagement, quand ils m’ont annoncé que j’étais effectivement surimposé. Ce sentiment d’avoir raison et d’être incompris se confirmait enfin. Évidemment, la suite n’était plus gratuite mais très respectable. En effet, ils se proposaient de faire toutes les démarches administratives et de se rémunérer à hauteur de 50% sur ce que le centre des impôts fonciers me restituerait. Quelques temps après, je reçois 2 chèques : un de 730€ pour l’année en cours et un de 720€ pour l’année d’avant de trop versé. Cela s’appelle des dégrèvements sur deux années. Bien sûr,  il a fallu que je reverse 725€ à mataxefonciere.com mais quel bonheur d’avoir raison et de ramener mes prochains prélèvements à 2700€ au lieu des 3437€. Par ailleurs, j’ai aussi enfin réussi à vendre ce local par la suite.

Commentaire mataxefonciere.com :

Pour information, l’erreur venait de la mauvaise pondération des pièces du local qui ont des coefficients différents en fonction de leurs utilités par rapport à l’activité exercée.